WHALE HUNT

Pour commencer

Cette chasse à  la baleine en Alaska, à  Barrow avec les Inupiat accompagne les premiers pas de ce blog; récit en images d’une qualité plastique à  couper le souffle (par le photographe: Andrew Moore), épique et parfaitement anthropologique réalisé par un acteur du net hors du commun: Jonathan Harris, auteur du site « we feel fine » « une exploration des émotions humaines, en six mouvements »


Cette affinité illustre une des ambitions de ce blog: rendre compte à  travers une véritable « anthropologie des matériaux » de la réalité du monde contemporain. Car le site de Jonathan Harris, d’une précision scientifique (chaque photographie est prise avec un écart maximal de 5 minutes avec la précédente, des premiers instants à  la toute fin de la chasse) est avant tout « une expérience narrative et sensorielle pour l’internaute ». Le sous titre « A storytelling experiment » permet de réentendre d’une autre voix cette notion qui à  travers le livre de Christian Salmon, prend un sens qui oblitère la figure du narrateur, cet archaïsme tel que définit par Jeff Wall dans son texte « The Storyteller (le narrateur-conteur) », « relégué en marge de la modernité », « un spécimen anthropologique, apparemment mort » et c’est là  que réside sa force, en tant que mémoire orale, il porte des valeurs, des éléments essentiels de la culture qui symboliseraient « paix, connaissance, franchise, sympathie, bonne humeur, bravoure, finesse, dialogue, adresse, économie, passion ». Autant de valeurs que l’on retrouve dans ce « Conte à  expérimenter », cet archaïsme de la pêche traditionnelle à  la baleine, et qui sont autant de moteurs pour avancer dans le présent.

« The Storyteller (le narrateur-conteur) », Jeff Wall, Essais et entretiens, 1984-2001. éditions Ensba, 2001. page 77

Sur jonathan harris
http://www.number27.org/
http://www.ted.com/index.php/speakers/view/id/125

Leave a Reply