Archive for mai, 2008

CONFIRMATION

Dimanche, mai 25th, 2008

La messe est dite…
(Lire la suite…)

Réduits en morceaux (dans le silence de la nuit)

Vendredi, mai 23rd, 2008

Hasard des correspondances, cette photographie d’une page du journal Libération daté du Vendredi 16 mai 2008 rapproche des informations qui composent un curieux collage: « catastrophes, culture, casse du sacré, IRREEL ».

(Lire la suite…)

SPECTACLE

Mardi, mai 20th, 2008

Anniversaire dans les rues de Paris, un an après l’élection, et en lieu et place des affiches militantes…

(Lire la suite…)

MAMAN & PAPA

Mardi, mai 13th, 2008


La manière dont les médias (ici « le Monde ») nous ont relatés et retranscrits le fait divers tragique de la jeune femme séquestrée dans un réduit en Autriche par son père dont elle a eu sept enfants, devenait, avec le peu d’information et le peu d’image disponible, le support à  toutes les projections imaginaires. Un conte cruel issu de la littérature enfantine (avec ses ogres, ses réduits sombres, sa princesse retenue prisonnière…).
(Lire la suite…)

Mode d’emploi

Lundi, mai 5th, 2008

Je remercie Mickaël Guillois de m’avoir donné l’opportunité de préciser mes intentions en répondant aux trois questions qu’il m’a posé afin de présenter le greffon dans son propre blog. Pour ma part, je trouve que le blog de Mickaël explique de façon claire et pédagogique (pour s’en convaincre il suffit de lire ses « dossiers ») la place et l’influence de l’internet d’aujourd’hui (à  savoir 2.0) sur l’homo consommateur (que nous sommes tous dorénavant, autant sinon plus que erectus). Je le remercie également d’avoir fait preuve d’ouverture d’esprit en accueillant cette réflexion sur l’image dans un blog qui traite avant tout du marketing client à  l’heure du web 2.0.

Le détail de la « Vache Suisse », une sculpture de Jean Tinguely, transgressive et ironique, vient là  aussi je pense expliciter ce que sont les ambitions du Greffon: L’image est un montage et elle ne parle pas d’une seule voix. Les nouvelles pages ajoutées au diaporama en rendent compte à  leur manière.

Tu as ouvert il y a quelques semaines le blog « le greffon ».
Quel en est le pitch ?

Avant tout, ne pas rester passif face aux images, et avec la greffe sortir d’une lecture univoque. Ecrire sur les images, ça me permet de les regarder avec un point de vue et d’en faire un objet d’analyse et d’échange. Comprendre une image, cela impose d’en faire l’expérience et pas simplement de la subir.

Le greffon est-il à  mettre entre toutes les mains ?
Oui, si l’on veut. Je ne cherche pas à  convaincre, ni à  rassembler, ni à  éduquer. Ceux qui se sentent concernés se reconnaîtront.

Pourquoi un blog ?
Le blog permet de penser et de réagir sur l’actualité, depuis son quotidien. C’est comme tenir un journal. Mais il y a aussi un enjeux de visibilité qui dépasse la sphère privée et qui impose de prendre position. C’est cet aller et retour entre considération privée et espace public qui m’intéresse.